Firesprite au cœur de Toxicity

par | 5 Mar 2024 | Actualité

La vague de licenciement chez Playstation fait des ravages au sein de Firesprite, les langues se délient.

On vous parlait, il y a quelque temps, de Playstation qui annonçait 900 licenciements dans ses effectifs. Apparemment, la firme japonaise a tenu parole. et c’est notamment dans le studio Firesprite que les premiers effets se sont fait ressentir. 

Firesprite est un petit studio, créé en 2012 à Liverpool, spécialisé sur le développement de jeux sur Playstation. Le premier jeu sorti est The Playroom (2013), exploitant les accessoires de la PS4. Il se lance ensuite sur des jeux en réalité virutelle (VR) toujours sur PS4. Rien de surprenant à ce qu’en 2021, Playstation achète le petit studio. C’est alors l’expansion fulgurante et l’arrivée du gros projet, Horizon : Call of the mountain. Mais c’est là que le bas blesse. C’est via Eurogamer que l’on apprend que certains employés, suite aux licenciement, accusent Playstation d’une gestion désastreuse.

Tout commence par le rachat, les premiers concernés l’apprennent en même temps que le grand public. A ceci s’ajoute, le malheureux décès du responsable des ressources humaines qui est remplacé par quelqu’un qui débute le management à la Playstation. Il faut rappeler que Horizon est clairement le fer de lance de l’entreprise et donc le projet VR, Call of the mountain, doit être LE jeu du PS VR. Les employés travaillant dans la bienveillance et l’écoute se retrouvent coincés dans une machine infernale. Deadline très serrée, changement de tâche incessant et gestion chaotique deviennent la routine.

On apprend également que des postes d’ingénieurs, jugés inutiles par les employés, sont apparus conduisant au gel des embauches d’autres postes, voire aux licenciements actuels. Le projet Horizon, qui devait faire décoller le studio, devient rapidement celui qui va tout faire s’écrouler. Guerilla Games ajoutait de la pression pour que le jeu entre parfaitement dans les critères du AAA. Le management, quant à lui, faisait tout pour répondre aux demandes de la maison mère.Le tout sans laisser, au studio originel, le temps de s’adapter à la croissance exponentielle. Et logiquement, les conditions de travail et l’ambiance se dégradent à vitesse grand V. Des plaintes auprès de Sony ont été déposées, résultats infructueux indiquant des quiproquos, on parle même de compensations financières pour acquérir le silence des plaignants. 

Certains font tout de même état de point positifs, surtout sur l’inclusivité. Pour autant, la majorité des retours restent négatifs. On note même de nombreux départs ces derniers mois, avant même les licenciements. Une fois de plus, voici un exemple qui dépeint une image bien différente de ce que les joueurs peuvent s’imaginer du travail dans l’industrie des jeux vidéo. Tout ça pour dire que les mauvaises nouvelles s’accumulent un peu trop dans ce domaine que nous aimons tous. Triste information…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Achetez vos jeux et cartes prépayées moins chers

SUGGESTIONS

Copy link